Image d'un homme et de deux femmes.

Définition d’un OPC, fonctionnement, avantages et best practices : découvrez les bases et plus encore avec ce guide complet sur les organismes de placement collectif (OPC).

Qu’est-ce qu’un organisme de placement collectif (OPC) ? Pourquoi et comment investir dans les OPC ? N26 fait le point.

Temps de lecture: 11 min

Alors que le marché des investissements continue de se diversifier à un rythme effréné, les organismes de placement collectif (OPC) émergent comme une solution d’investissement de plus en plus prisée. Cet engouement s’explique non seulement par la facilité d’accès à des portefeuilles diversifiés qu’offrent les OPC, mais également par la promesse d’une gestion professionnelle et stratégique de ces fonds.

Contrairement aux stratégies de trading direct (actions, obligations, devises, etc.), les OPC proposent une voie d’investissement distincte, qui privilégie la mutualisation des risques et la recherche d’une performance ajustée au profil de chaque investisseur. Cette spécificité rend les OPC particulièrement attractifs pour ceux qui cherchent à se positionner sur les marchés financiers avec une approche plus mesurée et réfléchie.

Que vous soyez novice ou que vous souhaitiez perfectionner vos stratégies d’investissement, cet article vous révèle tout ce que vous devez savoir sur les OPC. Fonctionnement, avantages, fiscalité et bonnes pratiques : découvrez notre guide complet et apprenez à tirer le meilleur des organismes de placement collectif. 

Qu’est-ce qu’un Organisme de Placement collectif (OPC) ?

Pour mieux comprendre l’univers des placements collectifs, commençons par définir ce qu’est un OPC.

Définition d’un OPC

Un organisme de placement collectif (OPC) rassemble les capitaux de plusieurs investisseurs pour constituer un portefeuille d’actifs financiers. L’objectif des OPC est double : faciliter l’accès à des stratégies d’investissement professionnelles et offrir une diversification accrue. En somme, un OPC cherche à maximiser les rendements pour les participants, tout en maîtrisant les risques liés aux placements individuels.

Les différents types d’OPC

Il existe différents types d’OPC, chacun adapté à différents profils et objectifs d’investissement :

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) 

Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) permettent aux investisseurs individuels de confier leur argent à un gestionnaire professionnel. Ce dernier investit collectivement ces fonds sur les marchés financiers. Chaque participant partage les frais, les gains et les risques associés. On distingue deux sous-catégories d’OPCVM :

  • Les Fonds Communs de Placement (FCP), qui fonctionnent comme des copropriétés d’actifs, gérées par des sociétés de gestion, sans existence juridique propre. Les investisseurs y achètent des parts.
  • Les Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV), qui sont, quant à elles, des sociétés anonymes qui émettent des actions représentant une part dans un portefeuille d’actifs. Les investisseurs y deviennent actionnaires et participent, de cette manière, indirectement aux investissements du fonds.

Les Fonds d’Investissement Alternatifs (FIA)

Les FIA servent aux investisseurs à mettre en commun leur capital pour investir dans une gamme d’actifs plus large et plus diversifiée que celle typiquement offerte par les OPCVM. Cela peut inclure l’immobilier, les matières premières, et d’autres actifs non traditionnels. En plus d’offrir un plus grand choix en matière d’investissement, les FIA sont gérés de manière plus flexible que les OPCVM. Cependant, cette flexibilité s’accompagne parfois d’une liquidité moindre, ce qui peut avoir comme conséquence qu’il peut être plus compliqué de retirer son argent rapidement en cas de besoin.

Comment les OPC fonctionnent-ils ?

Le fonctionnement des OPC repose sur une gestion partagée. Un gestionnaire professionnel sélectionne et gère les investissements pour le groupe, avec pour objectif d’obtenir les meilleurs rendements possibles, tout en réduisant les risques pour chaque participant grâce à une variété d’investissements. Rejoindre un OPC vous permet donc, en tant qu’investisseur, de bénéficier de l’expertise des gestionnaires et d’un accès plus facile à certains marchés ou actifs plus difficilement accessibles en solo. 

Quelle est la différence entre un fonds d’investissement et un fonds commun de placement ?

La principale différence entre un fonds d’investissement et un fonds commun de placement (FCP) réside dans leur structure juridique et leur fonctionnement. En effet, le terme fonds d’investissement désigne tout groupe d’investissement dans lequel les investisseurs effectuent un placement collectif. Un fonds commun de placement (FCP), en revanche, est une catégorie d’investissement collectif où les investisseurs achètent des parts d’un portefeuille d’actifs, comme des actions ou des obligations, géré par des professionnels. En bref, tous les FCP sont des fonds d’investissement, mais tous les fonds d’investissement ne sont pas des FCP.

Avantages et inconvénients des investissements en OPC

Voyons maintenant quels sont les avantages et les inconvénients d’investir dans les OPC.

Pourquoi investir dans un OPC ?

Investir dans un OPC présente plusieurs avantages clés. Cela vous permet de diversifier votre portefeuille et ainsi diminuer le risque global de vos investissements. De plus, l’accès à une gestion professionnelle signifie que des experts analysent et sélectionnent les investissements, ce qui peut améliorer vos chances de profiter de rendements attractifs. Enfin, les OPC offrent l’opportunité d’accéder à une gamme plus large de marchés et d’actifs, y compris ceux qui pourraient être difficiles à atteindre pour un investisseur individuel.

Inconvénients des OPC

Cependant, investir dans des OPC comporte aussi des inconvénients. Les coûts peuvent être élevés en raison des frais de gestion. Par ailleurs, la diversification n’élimine pas totalement les risques de perte du capital. Enfin, certains OPC peuvent avoir des règles spécifiques qui limitent la flexibilité de votre placement.

Comment investir dans les OPC ?

Prêt à sauter le pas ? Voici comment procéder concrètement pour investir dans les OPC.

Choisir le bon OPC

  • Pour choisir le bon OPC, vous devez commencer par définir vos objectifs d’investissement, votre tolérance au risque, ainsi que votre horizon de placement
  • Orientez-vous vers des OPC qui correspondent à ces critères, en vous intéressant plus particulièrement à leurs performances. Gardez cependant en tête que les performances passées ne garantissent pas des résultats futurs. 
  • N’oubliez pas de prendre en compte les frais associés, car ils peuvent impacter vos rendements. 
  • Enfin, rassemblez le plus d’informations possible sur l’OPC choisi pour comprendre sa stratégie d’investissement, sans oublier de vérifier la réputation de la société de gestion

Acheter des parts d’OPC

Si acheter des parts d’OPC est un processus relativement simple, il vous sera nécessaire — comme pour tout investissement — de faire preuve d’une certaine vigilance, afin de prendre des décisions éclairées.

  • Rapprochez-vous de votre banque (banque traditionnelle ou banque en ligne), courtier en ligne, conseiller en investissements financiers (CIF) ou gestionnaire de patrimoine pour acheter une ou plusieurs parts d’OPC (FCP ou SICAV). 
  • Si vous n’en détenez pas encore, ouvrez un compte d’investissement (également appelé « support de détention ») pour vos OPC. Plusieurs options s’offrent à vous :  vous pouvez, par exemple, acquérir vos OPC au moyen d’un contrat d’assurance-vie ou d’un plan épargne retraite (PER), sous forme d’unités de compte, ou bien par l’intermédiaire d’un plan d’épargne en actions (PEA) ou d’un compte titres.
  • Avant de finaliser tout ordre d’achat, assurez-vous qu’un DICI (document d’information clé pour l’investisseur) vous a été préalablement remis. Ce document précontractuel est obligatoire pour tous les fonds d’investissement commercialisés en Europe. Il est destiné à vous permettre de prendre votre décision d’investissement en toute connaissance des principales caractéristiques de l’OPC choisi. Vous pouvez demander un exemplaire gratuit du DICI à votre conseiller financier ou consulter la base GECO du site internet de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour vous le procurer.

Suivre et gérer ses investissements

Une fois que vous avez investi dans les OPC, il est crucial de suivre leur évolution et d’évaluer leur performance par rapport à vos attentes (objectif d’investissement, tolérance au risque, horizon d’investissement). Si vos objectifs financiers changent ou si le rendement de l’OPC ne répond plus à vos attentes, pensez à réajuster votre portefeuille. Cela peut inclure la vente de certaines parts ou l’achat d’unités supplémentaires dans un OPC spécifique ou encore une réorganisation de votre portefeuille pour une meilleure répartition de vos actifs financiers.

OPC et fiscalité

En France, la fiscalité des organismes de placement collectif (OPC) comporte certaines spécificités importantes à connaître pour optimiser votre stratégie d’investissement et votre planification fiscale. 

Déclaration des plus-values  

Tout investisseur réalisant des bénéfices dans l’Hexagone est tenu de déclarer ses plus-values sur les OPC lors de sa déclaration annuelle de revenus. Pensez à bien documenter chaque transaction pour pouvoir calculer correctement les gains ou pertes réalisés.

Imposition des plus-values 

L’imposition des plus-values dépend de la nature de l’investissement et de la manière dont il est détenu. Ces gains peuvent être soumis soit au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30 % qui comprend 12,8 % d’impôt sur le revenu et 17,2 % de prélèvements sociaux, soit au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Ce choix doit être réalisé en fonction de votre situation fiscale globale et peut influencer la fiscalité de vos gains de manière significative.

Investir via un PEA

Le plan d’épargne en actions (PEA) offre un cadre fiscal avantageux pour investir dans des OPC et plus particulièrement ceux axés sur les actions européennes. Les gains réalisés sur les investissements détenus dans un PEA ne sont pas imposés tant que vous ne retirez pas l’argent. Après une période de cinq ans, les retraits sont exonérés d’impôt sur le revenu de telle manière que seuls les prélèvements sociaux restent dus.

Acquérir des OPC via une assurance-vie

L’assurance-vie représente un autre véhicule d’investissement fiscalement avantageux, particulièrement lorsqu’il s’agit d’investir dans des OPC. Les gains générés par les OPC détenus dans un contrat d’assurance-vie peuvent être exonérés d’impôt sur le revenu sous certaines conditions, notamment en cas de contrat long. Plus le contrat est long, plus les avantages fiscaux sont intéressants, avec, par exemple, la possibilité de bénéficier d’abattements sur les plus-values réalisées au moment du retrait après une période de huit ans. 

Fiscalité des OPCVM et FIA 

Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) et les fonds d’investissement alternatifs (FIA) sont soumis à des règles fiscales spécifiques. Par exemple, les revenus générés par ces fonds peuvent être réinvestis et ne sont imposés que lors de la vente des parts par l’investisseur.

Remarque : la fiscalité des OPC peut évoluer à tout moment. Compte tenu de la complexité de certaines règles et des évolutions législatives et réglementaires qui peuvent affecter la fiscalité des investissements en OPC, nous vous recommandons de consulter un conseiller fiscal pour vous aider à y voir plus clair en matière de fiscalité des OPC.

Investir dans les OPC : erreurs à éviter et bonnes pratiques

Vous disposez dorénavant de toutes les clés pour investir dans les OPC. Les règles de bonne conduite qui suivent vous aideront à maximiser vos chances de réussite.

  • Définissez clairement vos objectifs : pour faire des choix d’investissement éclairés, évaluez combien de temps vous envisagez de placer votre argent, en tenant compte de vos objectifs comme l’achat d’un logement, le financement des études supérieures de vos enfants, la préparation de votre retraite ou la transmission d’un héritage. Réfléchissez si vous préférez un placement à court terme (d’un ou deux ans) ou sur le plus long terme, comme cinq, dix ans ou davantage. La durée pendant laquelle vous comptez investir influencera directement les décisions que vous prendrez.
  • Diversifiez vos investissements : la diversification est l’une des règles d’or en matière d’investissement. Elle permet de diminuer les risques sans impacter les opportunités de gain. Assurez-vous d’investir dans différents types d’OPC et de marchés pour répartir les risques. 
  • Informez-vous sur les frais de gestion des OPC avant toute demande de souscription : les frais facturés par les sociétés de gestion des OPC ont un impact direct sur vos rendements. Ils peuvent se répartir en plusieurs catégories, notamment les frais à l’entrée et à la sortie, ainsi que les frais de gestion courants et pour surperformance. Vous trouverez tous les détails concernant ces coûts dans le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), qui devra impérativement vous être remis par votre banquier ou conseiller financier avant d’acheter des parts ou unités d’OPC.
  • Ne vous basez pas seulement sur le passé : les marchés évoluent, et ce qui a réussi hier ne réussira pas forcément demain. Prenez en compte le potentiel futur de chaque investissement, pas uniquement ses performances antérieures.
  • Gardez la tête froide : évitez de prendre des décisions impulsives en réaction aux fluctuations du marché pour éviter les ventes paniques ou les achats hâtifs qui pourraient nuire à votre stratégie d’investissement. Apprendre à maîtriser vos émotions vous aidera à adopter une approche plus réfléchie et à construire un portefeuille en accord avec vos objectifs. 
  • Réévaluez régulièrement votre portefeuille : vérifiez régulièrement les performances de vos investissements pour juger l’efficacité de vos choix. Cela vous sera primordial pour évaluer vos gains ou pertes, revoir vos stratégies en conséquence et remettre en question votre méthode d’investissement si les résultats ne correspondent pas à vos attentes.

Investir l’esprit zen avec N26

Investir en bourse n’est pas un long fleuve tranquille et les OPC ne dérogent pas à cette règle. Les marchés financiers se caractérisent par leur degré d’incertitude, des variations imprévisibles et une forte volatilité. Réussir dans cet environnement requiert une discipline rigoureuse, une gestion minutieuse des risques, un développement continu des compétences analytiques et une interprétation objective des mouvements du marché. 

Vous souhaitez aller plus loin et approfondir vos connaissances en matière de trading et de placements financiers ? Notre série d’articles de blog vous aide à décrypter l’univers complexe, mais fascinant de l’investissement boursier grâce à une mine d’informations et de conseils stratégiques.

Par N26

La banque qu'on adore

Articles similaires

Ces articles pourraient vous intéresser
Une femme dans un café en train de lire avec son chien à côté.

Votre guide du revenu passif

Toucher un revenu passif constitue un excellent moyen de compléter vos ressources. Mais en quoi cela consiste et comment cela peut-il vous aider à maximiser vos finances à long terme ?

Un homme derrière un ordinateur portable avec des graphiques.

Comment construire un portefeuille d’actions ?

Construire un portefeuille d’actions cohérent et équilibré ne s’improvise pas. Voici les règles à connaître pour construire un portefeuille en phase avec ses objectifs et son profil d’investisseur.

Image d'une femme regardant l'investissement automatisé sur son smartphone.

Trading automatique : Guide pratique pour débutants

Le trading automatique ou trading algorithmique, révolutionne le monde des investissements en utilisant des logiciels pour exécuter des ordres de manière autonome sur les marchés financiers.