Mains tenant des pièces de bitcoin.

Blockchain : définition

Les cryptomonnaies comme le bitcoin reposent sur les blockchains, un registre de transactions public et sécurisé. Lisez la suite pour en savoir plus sur cette technologie.

Temps de lecture: 8 min

Les déclarations suivantes ne constituent pas de conseils d'investissement ou tout autre conseil sur les services financiers, les instruments financiers, les produits financiers ou les actifs numériques. Elles sont destinées à fournir des informations générales. Les déclarations suivantes ne constituent pas une offre de conclure un contrat d'achat ou de vente d'instruments financiers et de produits financiers ou une invitation à soumettre une telle offre et à acheter ou vendre un actif numérique. Les cryptomonnaies sont soumises à de fortes fluctuations de valeur. Une baisse de la valeur ou une perte totale sont possibles à tout moment. La perte d'accès aux données et aux mots de passe peut également entraîner une perte complète.


Une blockchain est une base de données sous forme de chaîne de blocs qui contiennent un certain nombre d’informations. Vu comme ça, cette technologie n’a pas l’air bien compliquée, sauf si vous ne savez pas ce qu’est une base de données. Commençons donc par le commencement : comment fonctionne une base de données ? 

Une base de données permet de stocker électroniquement des informations. Les utilisateurs peuvent rechercher et filtrer ces informations pour trouver des données précises. Tous les secteurs d’activité utilisent des bases de données, y compris les banques qui s’en servent pour stocker des informations relatives aux comptes et aux transactions.

Toutefois, leur fonctionnement peut varier. Certaines bases de données permettent la modification des informations qui y sont stockées par une autorité centrale ou tout autre utilisateur autorisé, mais ce n’est pas le cas des blockchains. En effet, une fois ajoutées, les informations des différents blocs ne peuvent plus être modifiées. L’ajout de données entraîne donc systématiquement la création d’un nouveau bloc. 

Pour faire simple, le fonctionnement des blockchains s’apparente à celui des registres numériques et elles peuvent être utilisées de plusieurs façons. Dans cet article, nous nous intéressons à la technologie blockchain sur laquelle reposent les les plus populaires, comme Bitcoin et Ethereum, pour ajouter une couche de sécurité et de transparence et ainsi garantir un fonctionnement optimal. 

Le compte N26 Metal

Découvrez le compte haut de gamme pensé pour votre quotidien et sa carte N26 en métal
Ouvrir mon compte premium (nouvel onglet)

Qu’est-ce que la technologie blockchain ?

Les blockchains sur lesquelles reposent plusieurs cryptomonnaies sont souvent associées à la technologie de registre distribué (DLT). Cependant, les registres distribués ne se limitent pas aux blockchains dont le fonctionnement ne correspond pas forcément aux autres types de bases de données décentralisées. 

Si nous devions résumer la technologie blockchain en un seul mot, ce serait sans doute « sécurité ». En effet, les blockchains permettent de stocker des données en les protégeant contre toute modification.

Intéressons-nous de plus près à leur fonctionnement.

Comment fonctionne la blockchain ?

Les informations contenues dans une blockchain sont stockées dans des blocs, et chaque bloc contient un certain groupe de données. Lorsqu’un groupe est ajouté, il forme un nouveau bloc qui est rattaché à ceux existants (d’où le terme anglais « blockchain » qui se traduit littéralement par « chaîne de blocs »). 

C’est cette structure qui différencie principalement les blockchains des autres types de bases de données. Pour comprendre comment fonctionne la chaîne en elle-même, il faut connaître les trois principaux éléments qui constituent un bloc. Chaque bloc contient ainsi :

  • Son propre code de hachage. Un code de hachage est une représentation alphanumérique des données. Chaque bloc dispose d’un code unique qui change si ses données sous-jacentes sont modifiées de quelque façon que ce soit. 
  • Le code de hachage du bloc qui le précède dans la chaîne. Ce code sert de référence pour que les blocs soient organisés dans un ordre linéaire et chronologique. En effet, associer chaque bloc au code de hachage unique du bloc qui le précède permet de garder la chaîne intacte. Souvenez-vous également que la modification des informations du bloc entraînera la modification du code de hachage.
  • Un horodatage. Cet horodatage permet non seulement de savoir quand le bloc a été créé, mais également de garder l’ordre chronologique de la chaîne.

Grâce à ces trois éléments, les blocs qui constituent une blockchain ne peuvent pas être modifiés puisque toute tentative de modification d’un bloc entraînerait la modification de son horodatage et de son code de hachage. Le bloc suivant ne contiendrait donc plus le code de celui qui le précède, et la modification de la blockchain serait alors évidente.

Les blockchains sont-elles sécurisées ?

Grâce à l’horodatage et au code de hachage, les données ajoutées à une blockchain ne peuvent plus être modifiées. Cette technologie est donc très sécurisée, mais elle présente tout de même certains problèmes potentiels. 

Par exemple, si la création de blocs dans un registre est limitée à un certain nombre d’utilisateurs, ces derniers pourraient saisir de mauvaises informations ou corrompre le système. L’intégrité d’une blockchain dépend donc de la fiabilité des personnes qui y ont accès. 

Les premiers développeurs de cryptomonnaies, comme Satoshi Nakamoto, l’inventeur du Bitcoin, l’ont très vite compris et ont ainsi conçu des blockchains décentralisées afin d’éliminer le besoin de faire appel à un tiers de confiance pour valider les transactions. 

Qu’est-ce qu’une blockchain décentralisée ?

Une blockchain décentralisée ajoute un réseau peer-to-peer aux fonctionnalités de sécurité existantes intégrées à une base de données. Les membres de ce réseau, qui n’ont pas besoin de se faire confiance ni même de se connaître, possèdent chacun une copie du même registre de blockchain. Ainsi, au lieu de stocker une seule copie originale sur un serveur centralisé, il existe une multitude de copies qui valident continuellement l’exactitude des blocs.

Cette infrastructure décentralisée élimine le besoin de recourir à une autorité centrale et protège les blockchains des attaques des pirates informatiques.  En effet, si un hacker cherche à modifier une blockchain, ses modifications ne s’appliqueront qu’à sa propre copie qui ne correspondrait alors plus à celles stockées sur le reste du réseau. Toute tentative de piratage est donc facilement détectée. 

Prenons l’exemple de Bitcoin qui exige qu’au moins 51 % des membres de son réseau valident toute modification apportée à un bloc pour que celle-ci soit légitime. Compte tenu du coût et de la puissance nécessaires pour attaquer un si grand nombre d’ordinateurs sur un réseau décentralisé, il est quasiment impossible d’introduire une erreur dans une blockchain. 

Comment sont utilisées les blockchains ?

Des banques aux chaînes logistiques d’approvisionnement, la technologie blockchain est utilisée par plusieurs secteurs. Toutefois, c’est au domaine croissant de la cryptomonnaie que le terme « blockchain » est le plus souvent associé.

En effet, les blockchains ont permis l’avènement des cryptomonnaies comme Bitcoin qui utilisent cette technologie pour garder facilement une trace des transactions monétaires effectuées. Ainsi, bien que les blockchains soient aujourd’hui principalement associées au Bitcoin, de nombreuses autres cryptomonnaies tirent parti des réseaux décentralisés. Selon les spécialistes du secteur, une blockchain décentralisée permet une approche plus juste et fiable de la monnaie puisqu’il n’y a pas besoin de faire appel à un tiers pour vérifier les transactions. 

Carte virtuelle N26

Profitez d'une carte virtuelle supplémentaire gratuite avec un compte N26 premium.
En savoir plus sur la carte virtuelle
Carte virtuelle indiquée sur un smartphone et une carte de débit derrière.

Blockchains : avantages et inconvénients

Les blockchains sont de plus en plus utilisées par les secteurs qui doivent stocker un grand nombre de données. En effet, comme nous venons de le voir, cette technologie présente plusieurs avantages incontestables par rapport aux autres types de bases de données existantes. 

Voici donc un rapide aperçu des avantages et des inconvénients de l’utilisation des blockchains dans le secteur des cryptomonnaies.

Les avantages des blockchains

Une sécurité accrue. Dans une blockchain décentralisée, les données sont stockées dans des copies au sein d’un réseau peer-to-peer plutôt que sur un serveur centralisé. Ainsi, lors de l’ajout de nouveaux blocs, les membres du réseau doivent s’assurer de la légitimité de ces derniers. Combinée aux mesures de sécurité intégrées aux blockchains, cette condition fait de cette technologie une alternative bien plus sécurisée aux autres types de bases de données. 

Une précision accrue. Dans une blockchain de cryptomonnaie, le risque d’erreur humaine est minime puisque la vérification des transactions ne repose pas sur une seule et même personne. En effet, les différents membres du réseau se chargent de valider les nouvelles informations ajoutées aux blocs. Cette méthode de stockage de données compte donc parmi les plus sûres et les plus précises du marché. 

Des paiements plus efficaces. Lorsqu’une banque traite des paiements, les transactions sont généralement gérées et approuvées par une autorité centrale. De plus, puisque la plupart des établissements bancaires proposent uniquement leurs services pendant un certain nombre d'heures ouvrées, les paiements effectués le week-end ne seront pas traités avant le début de la semaine suivante. Ces restrictions ne s’appliquent pas aux blockchains. Dans la plupart des cas, vous pouvez effectuer une transaction 24h/24, 7j/7. 

Des transactions vérifiées. Toute information saisie dans une blockchain est vérifiée et approuvée par les membres du réseau avant d’être ajoutée à un nouveau bloc. Ce processus garantit que les informations relatives aux transactions ajoutées aux blockchains sont exactes et légitimes.

Les inconvénients des blockchains

Cybercriminalité. Les blockchains comme celles utilisées par Bitcoin sont conçues pour protéger la confidentialité des utilisateurs, ce qui les rend extrêmement difficiles à pirater. Toutefois, cette fonctionnalité de sécurité pousse les cybercriminels à utiliser la technologie blockchain pour opérer des transactions illégales. En effet, les banques vérifient systématiquement l’identité de leurs clients, mais ce n’est pas toujours le cas avec les cryptomonnaies. 

Vitesse et coût. En fonction du système utilisé pour vérifier les transactions, une blockchain peut nécessiter une puissance de calcul considérable. Par exemple, le système de validation par preuve de travail de Bitcoin requiert énormément d’énergie et son coût environnemental est donc très élevé. Le temps de traitement des transactions peut également être considéré comme un inconvénient pour certaines blockchains. En général, l’ajout d’une nouvelle transaction ou d’un nouveau bloc se fait en l’espace de quelques minutes seulement, mais en cas de trafic élevé, cela peut prendre plus de temps. 

Les blockchains sont-elles nécessaires au fonctionnement de Bitcoin ?

Oui. De nombreuses cryptomonnaies reposent sur cette technologie, dont Bitcoin qui était la première à utiliser un réseau décentralisé de blockchains. Sans ces dernières, Bitcoin n’existerait donc pas.

Comment les blockchains sont-elles utilisées dans le secteur bancaire ?

Les banques sont encore en train de trouver leurs marques quant à leur utilisation des blockchains, mais cette technologie, qui devait bouleverser le secteur bancaire, est aujourd’hui de plus en plus exploitée aux suites de la pandémie. Les blockchains pourraient simplifier le travail des banques en éliminant les processus manuels et papier. Plusieurs projets sont en cours pour découvrir comment réduire les coûts des opérations bancaires, effectuer des transactions internationales et intégrer des portefeuilles blockchain.

Qui utilise actuellement la technologie blockchain ?

Bien que la technologie blockchain soit relativement récente, de nombreuses entreprises s’y intéressent. En effet, les secteurs de la santé, du tourisme, de l’énergie, des assurances et même de l’administration publique comptent parmi ceux qui l’ont déjà adoptée. Les blockchains peuvent notamment aider les entreprises du secteur de la santé à stocker les données confidentielles de leurs clients de façon sécurisée. Cette tendance devrait s’accélérer à mesure que les entreprises continuent de concevoir des projets de blockchains et de découvrir de nouvelles façons d’utiliser cette technologie.

Comment investir dans les blockchains ?

Vous pouvez tout d’abord investir dans les entreprises qui développent cette technologie. Plusieurs projets ont déjà vu le jour pour en savoir plus sur l’utilisation des blockchains dans différents secteurs. Vous pouvez donc acheter des actions si vous pensez que le potentiel de croissance de ces entreprises ne fera que croître. Vous avez également la possibilité d’investir dans les cryptomonnaies, mais sachez que ces investissements sont très risqués et ne constituent donc pas un bon moyen de placer votre argent. Veuillez noter qu’investir dans les cryptomonnaies peut vous rapporter comme vous faire perdre beaucoup d’argent, et ce parfois en l’espace de quelques heures seulement.

Par N26

La banque qui s'adapte à votre quotidien.

Articles similaires

Ces articles pourraient vous intéresser

Les entreprises tricolores ont elles aussi investi le secteur des cryptoactifs. Découvrez dans cet article les 8 projets crypto et crypto monnaies françaises à suivre en 2022.

Avant d’acheter du bitcoin, faites vos recherches sur la cryptomonnaie-phare. Planifiez comment vous allez l’utiliser et n’oubliez pas de tenir compte des impôts si vous prévoyez de vendre à l’avenir.

Un concept émergeant permettant aux participants d’effectuer des transactions financières entre eux. Elle est une alternative aux services financiers traditionnels et gagne rapidement en popularité.